# ACTUALITÉS



JOURNEES NATIONALES DE LA MICROFINANCE « JNM 2018 »

publié le 9 mars 2018 à 04:45 par Ibrahim Diouf

Sous le Parrainage et la Présence effective de Monsieur Adama KONÉ, Ministre de l’Économie et des Finances, l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés de Côte d’Ivoire (APSFD-CI) vous prie d’honorer de votre présence la cérémonie officielle d’ouverture de la première édition des

JOURNEES NATIONALES DE LA MICROFINANCE « JNM 2018 ».

Thème : « Contribution de la Microfinance à l’Inclusion Financière en Côte d’Ivoire »

Date : jeudi 22 mars 2018 à 9 H 00 au vendredi 23 mars 2018 à 18h00

Lieu : CRRAE-UMOA, Abidjan Plateau

Pour toutes informations :

APSFD-CI : 22 51 04 89

AXES MARKETING – 22 41 33 94 – 59 50 74 34 -

Présentation des résultats de restructuration des systèmes financiers décentralisés

publié le 8 janv. 2018 à 03:56 par APSFD CI

Le Ministre Adama Koné : « l’épargne des SFD est passée de 72 milliards Fcfa en 2012 à 250 milliards de Fcfa en 2017 »

« Le secteur de la microfinance, l’un des principaux moteurs de l’inclusion financière en Côte d’Ivoire est en voie de réussir le pari de sa restructuration et de sa professionnalisation ». C’est la principale information qui est ressortie de la rencontre que le Ministre de l’Economie et des Finances M. Adama KONE a eue ce jeudi 4 janvier 2017 avec l’ensemble des dirigeants des systèmes financiers décentralisés à son Cabinet sis à l’immeuble Sciam.

 

Pour le ministre des Finances, « les résultats enregistrés par ce secteur au cours des cinq dernières années sont encourageants. En effet, l’épargne mobilisée par les Systèmes financiers décentralisés est passée de 72 milliards de FCFA en 2012 à plus de 250 milliards Fcfa en septembre 2017 » s’est réjoui le ministre Adama KONE avant d’ajouter « les crédits accordés par les institutions de microfinance aux ménages, aux commerçants exerçant dans le secteur informel, aux artisans, ont été multipliés par cinq, en cinq ans. »

 

De plus poursuit-il, « l’encours de crédits se chiffre en fin septembre 2017 à 250 milliards de FCFA contre 57 milliards de Fcfa en 2012. Mieux le secteur est sorti, depuis fin 2016 du déficit structurel qu’il a connu au cours de ces dix dernières années » a déclaré le ministre de l’Economie et des finances qui se félicite de la bonne application des mesures et reformes initiées depuis 2012 par le Gouvernement en vue d’assainir et redynamiser le secteur.

« Je puis vous assurer de l’engagement du Gouvernement et singulièrement de mon département ministériel, à ne ménager aucun effort pour mettre en œuvre toutes mesures visant le développement adéquat du secteur de la microfinance » a rassuré le Ministre Adama Koné.

 

La Directrice de la réglementation et de la surveillance des systèmes financiers décentralisés, Mme Dollo Hélène a dans son exposé de présentation du rapport sur les résultats de la restructuration économique du secteur de la microfinance , indiqué que grâce aux nombreuses réformes entreprises par le Gouvernement depuis 2012, le secteur de la microfinance est en forte expansion.

 

« Le secteur a enregistré une hausse de sa clientèle sur les 5 dernières années, avec un taux de croissance annuel moyen de 13,0% sur la période.L’épargne collectée par les SFD a augmenté de manière constante sur la période 2012-2017 avec un rythme annuel moyen de 20,1%. On observe également une forte croissance de l’encours de crédits. En cinq (5) ans, l’activité de crédit, impulsée par les sociétés anonymes, a pratiquement été multipliée par cinq (5) », a révélé Mme Dollo Hélène.

 

Toutefois, elle a noté qu’en dépit de cette belle performance des institutions des Systèmes Financiers Décentralisés, le secteur fait face à des défaillances notamment, le non-respect de la réglementation, la dégradation du portefeuille de crédit des SFD et la défaillance des systèmes d’information de gestion (SIG) des SFD.

 

Le Président du Conseil d’Administration de l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers (APSFD-CI), George Kouassi, a pour sa part, exprimé toute sa gratitude et sa reconnaissance au Ministre pour les efforts consentis, afin de redynamiser le secteur de la microfinance en Côte d’Ivoire.

 

SOURCE : SERCOM MEF

SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET DE L’INCLUSION FINANCIERE EN COTE D’IVOIRE AU 30 SEPTEMBRE 2017

publié le 4 déc. 2017 à 04:28 par APSFD CI   [ mis à jour : 4 déc. 2017 à 04:30 ]

le nombre de membres des SFD est passé de 1.266.538 au 30 juin 2017 à 1.447.258 au 30 septembre 2017, soit une hausse de 180.720 membres (14,27%)


Les principales statistiques du secteur de la microfinance sont résumées dans le tableau ci-après :

Indicateurs

Déc. 2016

Mars 2017

Juin 2017

Sept. 2017

Nombre d’Institutions agréées

54

52

52

51

Nombre d’institutions ayant transmis leurs indicateurs

25

25

25

30

Nombre de points de services

350

300

300

308

Nombre de membres ou clients (en milliers)

1 168

1 179

1 267

1 447

Encours de dépôts (en milliards FCFA)

210,1

225,3

296,7

250,2

Volume des crédits mis en place au cours du trimestre (en milliards FCFA)

83,1

78,9

90,8

101,2

Encours des crédits (en milliards FCFA)

189,9

198,2

219,3

250,3

 

Ces données font ressortir une progression continue les indicateurs d'intermédiation financière, notamment l’encours des crédits et le montant des crédits alloués au cours du trimestre. A titre d’illustration, les encours de crédit et le montant des crédits alloués au cours du troisième trimestre ressortent respectivement à 250,3 milliards et 101,2 milliards de FCFA contre 219,3 milliards et 90,8 milliards de FCFA au 30 juin 2017.

Par rapport au troisième trimestre 2016, le volume de crédit mis en place au cours du troisième trimestre 2017 a progressé de 34,19%. Les encours de crédit et de dépôt ont respectivement augmenté de 60 milliards de FCFA et 52,2 milliards de FCFA (hausses respectives de 31,74% et 26,36%).

En outre, le nombre de membres des SFD est passé de 1.266.538 au 30 juin 2017 à 1.447.258 au 30 septembre 2017, soit une hausse de 180.720 membres (14,27%).

En revanche, l’encours de dépôt enregistre une baisse de 15,67% en passant de 296,7 milliards de FCFA au 30 juin 2017 à 250,2 milliards de FCFA au 30 septembre 2017.

Par ailleurs, la dégradation de la qualité du portefeuille des vingt plus importants SFD, observés depuis mars 2016, se poursuit. En effet, à fin septembre 2017, seulement 10% des SFD de cet échantillon respectent la norme associée à l’indicateur mesurant le portefeuille à risque à plus de quatre-vingt-dix jours (PAR90), contre 40% à fin septembre 2016 et 15 % à fin juin 2017. Pour rappel, les SFD de cet échantillon représentent plus de 90% de l’encours des crédits et des dépôts du secteur de la microfinance de la Côte d’Ivoire.

S’agissant du nombre de SFD agréés, il est passé de 52 au 30 juin 2017 à 51 au 30 septembre 2017. En effet, le Ministre chargé des Finances a effectué deux retraits d’agréments et accordé l’autorisation d’exercer à un (1) SFD au cours du troisième trimestre 2017.

SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET DE L’INCLUSION FINANCIERE EN COTE D’IVOIRE AU 30 JUIN 2017

publié le 24 nov. 2017 à 10:23 par APSFD CI

Ces données font ressortir une progression continue les indicateurs d'intermédiation financière, notamment l’épargne mobilisée par le secteur ainsi que l’encours des crédits.


Les principales statistiques du secteur de la microfinance sont résumées dans le tableau ci-après :

Indicateurs

Déc. 2016

Mars 2017

Juin 2017

Nombre d’Institutions agréées

54

52

52

Nombre d’institutions ayant transmis leurs indicateurs

25

25

25

Nombre de points de services

350

300

300

Nombre de membres ou clients (en milliers)

1 168

1 179

1 267

Encours de dépôts (en milliards FCFA)

210,1

225,3

296,7

Volume des crédits mis en place au cours du trimestre (en milliards FCFA)

83,1

78,9

90,8

Encours des crédits (en milliards FCFA)

189,9

198,2

219,3

 

Ces données font ressortir une progression continue les indicateurs d'intermédiation financière, notamment l’épargne mobilisée par le secteur ainsi que l’encours des crédits.

À titre d'illustration les encours de crédit et de dépôt au 30 juin 2017, ressortent respectivement  à 219,3 milliards et 296,7 milliards de FCFA, contre 198,2 milliards et 225,3 milliards de FCFA au 31 mars 2017.

En outre le montant total des crédits alloués au cours du 2e trimestre 2017 (90,8 milliards FCFA) est une augmentation (+ 15,8 %) par rapport au premier trimestre 2017 (78,9 milliards de FCFA).

Par rapport au 2e trimestre 2016, le volume de crédit mis en place au cours du deuxième trimestre 2017 a progressé de 35,3%. Les encours de crédit et de dépôt ont respectivement augmenté de 63,9 milliards et 104 milliards de FCFA (hausses respectives de 41,1 % et 54 %).

Par ailleurs, le nombre de membres des SFD est passé de 1.179.985 au 31 mars 2017, à 1.266.538 au 30 juin 2017, soit une hausse de 86.553 membres (7,3%).

En revanche, la qualité du portefeuille des vingt plus importants SFD continue de se dégrader depuis  décembre 2016. En effet, seulement 15 % des SFD de cet échantillon respectent la norme associée à l'indicateur mesurant le portefeuille à risque à plus de 90 jours (PAR 90) contre 20 % à fin mars 2017 et 30 % à fin décembre 2016. Pour rappel les SFD de cet échantillon représentent plus de 90 % de l'encours de crédit et de dépôt du secteur de la microfinance de la Côte d’Ivoire.

S'agissant du Nombre de SFD agréés, il demeure constant à 52 au 31 juin 2017. En effet le Ministre chargé des Finances a effectué un (1) retrait d'agrément et accorder l'autorisation d'exercer à un (1) SFD au cours du deuxième trimestre 2017.

SITUATION RÉCENTE DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE AU 31 / 12 /2016

publié le 23 mai 2017 à 10:41 par APSFD CI   [ mis à jour : 24 mai 2017 à 03:31 ]

Le secteur de la microfinance a connu une amélioration continue de ses activités pendant le quatrième trimestre 2016, notamment en ce qui concerne l’évolution de la clientèle, l’encours de l’épargne, l’encours du crédit et l’évolution des fonds propres.

Les principales statistiques du secteur de la microfinance sont résumées dans le tableau ci-après :


Indicateurs

Décembre 2013

Décembre 2014

Décembre 2015

Décembre 2016

Nombre d’Institutions agréées

73

75

62

54

Nombre de points de services

313

322

302

 350

Nombre de membres ou clients (en milliers)

779

828

1 028

1 168

Encours de dépôts (en milliards FCFA)

126,2

146,7

175,7

210,1

Volume de crédits distribués(en milliards FCFA)

28,1

55,7

51,2

77,8

Encours de crédits (en milliards FCFA)

79,2

100,7

138,2

189,9



En ce qui concerne l’évolution des principaux indicateurs, le quatrième trimestre 2016 a enregistré 5 retraits d’agrément et l’arrivée de 4 nouvelles structures dans le secteur de la microfinance en Côte d’Ivoire. Ainsi, le secteur comprend 54 SFD agrées au 31 décembre 2016, repartir comme suit :

-          05 unions coopératives

-          16 Sociétés anonymes (SA)

-          33 caisses unitaires.

Le nombre de membres/clients est passé de 1 093 107 au 30 septembre 2016 à 1 168 154 au 31 décembre de la même année, soit une hausse de 6,9 %.

La clientèle du secteur est composée de 61,2 % d’hommes, 33 % de femmes et 5,8 % de personnes morales.

L’épargne mobilisée par le secteur continue de s’accroitre à l’instar des trimestres précédents. Elle est passée de 198 milliards de F CFA au 30 septembre 2016 à 210,1 milliards de F CFA au 31 décembre 2016, soit une hausse de 6,1 %.

Le montant des crédits déboursés pendant le dernier trimestre 2016 connaît une hausse de 7,7 % par rapport au trimestre précèdent. Paradoxalement, on enregistre une baisse de 7,3 % du nombre de crédit décaissé sur la même période.

L’encours de crédit détenu par l’ensemble des SFD ressort à 189,9 milliard de F CFA au 31 décembre 2016 contre 176,2 milliard de FCFA au 30 septembre 2016, soit une hausse de 7,8 %.

Prix d’Excellence du Meilleur Etablissement Financier 2017

publié le 18 mai 2017 à 09:09 par APSFD CI

Dans le cadre de la politique de promotion de la culture de l’excellence initiée par le Président de la République de Côte d’Ivoire, le Ministre de l’Economie et des Finances (MEF) a institué un prix intitulé « Prix d’Excellence du Meilleur Etablissement Financier ».

L’objectif principal de ce prix est d’encourager les Systèmes Financiers Décentralisés (SFD), les Banques et Etablissements Financiers, les Compagnies d’Assurance et pour leur contribution au Financement de l’Economie.

A cet effet, une présélection en vue de désigner trois (03) meilleurs candidats au niveau de chaque faitière et une sélection par jury central seront effectuées sur la base des critères établis par une équipe de spécialiste en la matière.

Ainsi, dans le cadre de ce prix, les critères identifiés permettront d’évaluer la performance des entreprises en matière de :

- GOUVERNANCE ;

- SOLVABILITE ;

- RENTABILITE ;

- FINANCEMENT DE L’ECONOMIE ; ET

- SATISFACTION DE LA CLIENTELE.

 

Les critères sont de deux ordres :

- les critères généraux, utilisés pour tous les secteurs ; et

- les critères spécifiques, propres à chaque faitière.

 

CRITERES GENERAUX


1- Création d’emplois

Il s’agit de mesurer le taux de croissance moyen d’évolution des emplois sur les trois (3) dernières années 2014, 2015 et 2016.

2- Tenue régulière des Conseils d’Administration (12 ou 36 sur 3 ans) :

- quatre (4) conseils d’Administration par an, soit 12 en 3 ans pour les Sociétés Anonymes (SA) ; ou

- douze (12) conseils d’Administration par an, soit 36 en 3 ans pour les mutuelles.

3-Evolution du résultat net

Il s’agit de mesurer l’évolution du résultat net sur les trois (3) dernières années 2014, 2015 et 2016.

4-Niveau de financement des titres publics

Il s’agit de mesurer la contribution de l’institution au financement des titres publics.

5-Tenue régulière des Assemblées Générales Ordinaires (AGO) sur 3 ans6-Engagement en démarche qualité

Il s’agit ici d’évaluer les preuves et les résultats de l’engagement de l’entreprise en démarche qualité.

7-Solutions innovantes pour le financement (nombre de solutions)

Il est question de mesurer la capacité de l’entreprise à innover dans son secteur d’activités.

8-Responsabilité sociétale de l’entreprise

La responsabilité sociétale de l’entreprise se définit comme l’intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes.

 9-Ratios prudentiels

Quatre ratios, utilisés dans l’évaluation des activités de l’ensemble des structures cibles, vont servir de base à l’évaluation des ratios prudentiels. Il s’agit : (i) fonds propres ; (ii) liquidité ; (iii) capitalisation ou Solvabilité et (iv) couverture des emplois à moyen et long terme par des ressources stables.

 

CRITERES SPECIFIQUES

Ces critères sont spécifiques à chaque faitière. Il a été retenu un critère par faitière.

 

10- Secteur bancaire : Crédit à l’économie

Il mesure la contribution de l’entreprise au financement de l’économie sur les 3 dernières années.

11- Systèmes Financiers Décentralisés : Qualité du portefeuille

Ce critère mesure l’évolution du taux de dégradation du portefeuille de crédit des SFD.

12- Secteur des assurances : Cadence de règlement des sinistres

Elle permet de mesurer la capacité des sociétés d’assurances à prendre en charge les sinistres.

Les dossiers de candidature doivent être déposés au plus tard le jeudi 18 mai 2017 au siège de l’APSFD-CI en vue de la transmission au MEF.

RENFORCEMENT DES CAPACITES INSTITUTIONNELLES DE L'APSFD-CI ET DES SFD MEMBRES

publié le 3 mai 2017 à 11:18 par APSFD CI   [ mis à jour : 17 mai 2017 à 02:48 ]

*** Partenariat APSFD-CI et SACO-CESO ***

Dans le cadre de son programme d'appui à ses membres, l'Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés de Côte d'Ivoire (APSFD-CI) a signé en mai 2015 une convention de partenariat avec l’ONG Canadienne SACO-CESO.
Ce partenariat vise à apporter un appui technique à l’APSFD-CI et à ses membres. Au total, l’APSFD-CI a adressé à SACO-CESO quatre (4) demandes de services qui portent sur l’analyse des besoins des membres de l’APSFD-CI, le renforcement des capacités de quatre (4) SFD, le développement d’outils pour la vulgarisation de l’éducation financière auprès des clients et la création d’un label pour les membres de l’Association.

La demande service relative à l’étude des besoins des membres a été exécutée en juin 2016. La deuxième demande de service,  en cours , se rapporte au renforcement des capacités de quatre (4) SFD. Cette demande de service se justifie par le faite que le secteur de la microfinance est en pleine évolution en Côte d'Ivoire avec une concurrence de plus en plus forte.

Les SFD, membres de l'APSFD-CI, n'arrivent pas toutes à répondre de façon appropriée aux besoins de leurs clients. Alors que certains SFD disposent de moyens très importants, d'autres font face aux contraintes de moyens limités.

Cette dernière catégorie de membres éprouve quelques difficultés à déployer tout leur potentiel pour répondre convenablement aux attentes de leurs clients.

Le recours aux services de SACO CESO vise à appuyer cette catégorie de membres en vue d'améliorer leur dispositif opérationnel.

Ainsi, depuis le 24 avril et ce jusqu’au 12 mai 2017, Monsieur Réal Nolette, Conseiller Volontaire de SACO CESO, effectue une mission terrain auprès de quatre SFD membres, à savoir, le Réseau CMEC-CI, le Crédit Access SA et Mimoye-Finances et le Crédit Mutuel de Cote d’Ivoire.

Le mandat confié par l’APSFD-CI au Conseiller Volontaire de SACO-CESO se décline comme suit :

  • -          Conduire un diagnostic pour identifier les besoins prioritaires des SFD.
  • -          Proposer un plan d'actions pour corriger les faiblesses identifiées.
  • -          Apporter un appui aux SFD dans la mise en œuvre des activités du plan d'actions.
La réalisation des deux dernières demandes de service est prévue avant la fin de l’année. 
   

SITUATION RÉCENTE DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE 30/06/2016

publié le 23 nov. 2016 à 02:29 par Ibrahim Diouf   [ mis à jour : 23 nov. 2016 à 02:31 ]

Ces données font ressortir une progression continue des indicateurs d’intermédiation financière, notamment l’épargne mobilisée par le secteur ainsi que l’encours des crédits. A titre d’illustration, les encours de crédit et de dépôts au 30 juin 2016, ressortent respectivement à 155,4 et 192,7 milliards de F CFA, contre 149,2 et 185,3 milliards de F CFA au 31 mars 2016.

Les principales statistiques du secteur de la microfinance sont résumées dans le tableau ci-après :

Indicateurs

Décembre 2013

Décembre 2014

Décembre 2015

Mars 2016

Juin 2016

Nombre d’Institutions agréées

73

75

62

61

53

Nombre de points de services

313

322

302

283

301

Nombre de membres ou clients (en milliers)

779

828

1028

1023

1055

Encours de dépôts (en milliards FCFA)

126,2

146,7

175,7

185,3

192,7

Volume de crédits distribués(en milliards FCFA)

28,1

55,7

51,2

33,9

33,2

Encours de crédits (en milliards FCFA)

79,2

100,7

138,2

149,2

155,4

Proportion de SFD respectant la norme réglementaire rattachée au portefeuille à risque à plus de 90 jours, sur l’échantillon des 20 les plus important (norme : <3%)

ND

ND

40%

40%

35%

 

Ces données font ressortir une progression continue des indicateurs d’intermédiation financière, notamment l’épargne mobilisée par le secteur ainsi que l’encours des crédits. A titre d’illustration, les encours de crédit et de dépôts au 30 juin 2016, ressortent respectivement à 155,4 et 192,7 milliards de F CFA, contre 149,2 et 185,3 milliards de F CFA au 31 mars 2016.

En revanche, le volume des crédits distribués au cours de deuxième trimestre 2016(33,2 milliards de F CFA)  enregistre un léger recul par rapport au premier trimestre (33,9 milliards de F CFA).

En outre, la qualité du portefeuille des vingt plus importants SFD s’est détériorée sur le trimestre. En effet, 35% des SFD de cet échantillon respectent la norme rattachée à l’indicateur mesurant le portefeuille à risque à plus de quatre-vingt-dix jours (PAR90), contre 40% à fin mars 2016. Pour rappel, les vingt SFD susmentionnés représentent 80% du volume de crédit et de dépôt du secteur de la microfinance de Côte d’Ivoire.

Le nombre  de SFD agréés, au 30 juin 2016, ressort à 53, suite à l’agrément accordé à une (01) institution de microfinance et au retrait de l’agrément à neuf (09) autres SFD.

Par ailleurs, le Ministre auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances a nommé un liquidateur dans le cadre de la liquidation d’un SFD ayant fait l’objet d’un retrait d’agrément, par arrêté n° 0255/MPMEF/DGTCP/DM/DEMO du 1er aout 2016.

Témoignage: major de la promotion 2015 Agent de crédit en microfinance

publié le 19 juil. 2016 à 11:00 par Ibrahim Diouf

MARINANT ECHIKOUA ORO est major de la promotion 2015 de la formation Agent de crédit en microfinance. Ivoirienne, âgée de 43 ans,  elle est célibataire et mère de  deux enfants.

Elle est actuellement Agente de Crédit dans une Agence de l’UNACOOPEC-CI (Union Nationale des Coopératives et d’Epargne de Côte d’Ivoire).

Comment vous sentez-vous dans le statut de major de promotion ?
En tout premier lieu, c’est un honneur  puis  une fierté personnelle, morale et intellectuelle de savoir que je peux encore donner le meilleur de moi-même, surtout que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas été mise en situation de concourir !

Quels obstacles ou freins avez-vous rencontrés pour suivre ce cursus ?
Je n’ai pas rencontré d’obstacles particuliers car l’entreprise m’a autorisée à m’absenter de mon poste de travail pour la durée de la formation.  Je n’ai donc pas eu besoin de mettre en place une organisation particulière : c’était comme si j’allais au travail chaque jour.  

Pour les études, par contre, c’était un tout petit peu lourd pour moi au début car cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas retrouvée en situation d’apprenante. Cependant, au fil de la formation, j’ai repris le rythme et le résultat est là. 

En réalité, je n’avais aucune appréhension car j’avais déjà parcouru le contenu de la formation et je le trouvais alléchant.

Quel message transmettriez-vous aux femmes qui souhaitent suivre cette formation ?
Je leur dirais tout simplement de croire en elles, d’être attentives à tous les sujets et surtout de ne pas se laisser troubler. Qu’elles gardent une sérénité sans faille et qu’elles se donnent les moyens de réussir.

Quel regard portez-vous sur la formation ? 
Nous avions une documentation abondante  avec de nombreux cas différents à traiter, comme en entreprise. Les contenus étaient aussi riches que variés et ont répondu à mon attente.

Les formateurs  étaient tous à la hauteur car ayant exercé ou exerçant encore dans la microfinance. Nous étions vraiment à l’aise pour poser toutes les questions facilitant notre compréhension.

Je suis vraiment heureuse d’avoir pris part à cette formation car elle m’a beaucoup apporté surtout  moi qui ne suis ni comptable ni banquière de formation … Un diplôme à caractère international est toujours bien vu dans un CV, mais ce qui m’a vraiment motivée, c’est le contenu de la formation qui pourra servir partout où le besoin existera.

Quels sont vos projets et ambitions pour le futur ?
Dans un premier temps, mettre en application les meilleures pratiques apprises dans cette formation afin d’améliorer mes performances au travail.

Ensuite, m’inscrire à d’autres formations pour élargir mon champ d’activité. J’ai entendu dire qu’il avait un projet de formation pour les Chefs d’Agence  en microfinance. Je m’y inscrirai si l’opportunité m’en est offerte.

Source: CFPB

L'APSFD-CI FACE A LA PRESSE

publié le 18 avr. 2016 à 09:21 par Ibrahim Diouf   [ mis à jour le·19 avr. 2016 à 01:34 par APSFD CI ]

La mise en œuvre de son plan d’action 2016 est l’opportunité saisie par l’APSFD-CI pour présenter ses activités au public. Relais par excellence de la collecte et la diffusion d’information auprès des populations, la presse a été choisie. C’est à juste titre que l'institutions à organisé le jeudi 14 avril 2016, une conférence de presse à l’hôtel Pullman, Abidjan-Plateau, en présence de divers acteurs de la microfinance et de la presse nationale et internationale.

La cérémonie présidée par Monsieur KOUASSI Yao Georges, Président du Conseil d’Administration de l’APSFD-CI, a connue deux grandes étapes : la présentation de l'APSFD-CI et du secteur de la microfinance, puis il s'en est suivi le débat avec la presse.  

Les années précédentes ont été riches en activités pour l’association professionnelle. Elles ont permis des avancées notables dans le cadre de la professionnalisation du secteur, de la défense des intérêts collectifs des SFD et surtout, de la sensibilisation des acteurs et du public sur le secteur de la microfinance.


A PROPOS DE L’APSFD-CI ET DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES EN COTE D’IVOIRE

L’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés de Côte d’Ivoire (APSFD-CI) regroupe et représente tous les systèmes financiers décentralisés (SFD) agréés et exerçant en Côte d’Ivoire. La mission de l’APSFD-CI est de promouvoir un secteur de la microfinance professionnel, responsable et inclusif qui contribue à l’amélioration des conditions de vie des ménages en Côte d’Ivoire.

Au cours de la dernière décennie, les systèmes financiers décentralisés (SFD) ont connu un véritable essor au point de jouer un rôle important dans le financement des activités des très petites entreprises. Toutefois, les crises politiques et économiques de 2002 et 2010 ont affecté le développement du secteur, notamment par une dégradation forte du portefeuille de crédit.

Retenons que l’APSFD-CI est dans une dynamique de faciliter l'accès de la population ivoirienne, notamment les populations économiquement faibles, à une gamme de services financiers diversifiés, à des coûts abordables, à travers un secteur assaini, restructuré et professionnel. L’association entend jouer ainsi un rôle de premier plan, dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de l'inclusion financière.

Reportage de la RTI consacré à l'APSFD-CI

L'APSFD-CI dans le JT de Radio Yopougon

1-10 of 26